Accueil Kassoumay Le Sénégal


Petite Côte

 


> Accueil

> Le Sénégal
    > Dakar
    > Gorée
    > Lac Rose
    > Rufisque
    > Saint-Louis
    > Djoudj
    > Barbarie
    < Petite Côte
    > Sine Saloum
    > Niokolo Koba
    > Casamance
    > Carabane

> Flore
> Faune
> Sénégalais
> Activités
> Cuisine



Au Sénégal la baignade est très agréable à partir de quelques dizaines de km au sud de Dakar jusqu'au delta du Saloum. C'est la Petite Côte, avec ses stations balnéaires aux nombreux hôtels climatisés, Popenguine, La Somone, Saly, Nianing ...

Mer émeraude sur 120 km de plages bordées de palmiers et de filaos.


Station balnéaire de Saly Portudal




La Petite Côte est la région la plus catholique du Sénégal avec un grand nombre d'églises, chapelles et missions.


Mbour la capitale, à 80 km au sud de Dakar, est un port de pêche de 4.000 habitants marqué par le tourisme et qui attire de nombreux amateurs de pêche au gros. Dans ses eaux abondent, espadons, marlins, thons, barracudas, requins ...


A voir à Mbour tout le mois d'août la fête des circoncis Mandingues quand le Kankourang envahit la ville, de nombreux Mandingues y sont installés depuis la fin du 19ème siècle. Dans leur tradition le Kankourang, personnage mythique recouvert d’écorces rouges d’un arbre appelé fara, parcourt les rues en terrorisant la population pour protéger les jeunes circoncis pendant leur initiation. Le Kankourang représente un protecteur contre les mauvais esprits.

Pendant l’initiation traditionnelle Mandingue, qui avait lieu de la mi-juin à la mi-septembre, les non initiés étaient isolés et pris en charge par les initiés, Kingtang. La sortie et le retour au village étaient accompagnée par la danse des feuilles, le Djambaadong. Pendant leur retraite, trois mois sous la protection du Kankourang, avait lieu la circoncision et le rituel du Samaso, activité éducative qui avait pour but la transmission des valeurs, le respect des anciens, l’humilité, le courage ...



Plage bordée de filaos




A 5 km au nord de Mbour se trouve Saly Portudal, la plus grande station balnéaire du Sénégal créée dans les années 80. Les nombreux hôtels et centres de vacances de Saly accueillent plus de 200.000 touristes par an.

Au nord de Saly, le village touristique de La Somone est apprécié pour sa magnifique lagune bordée de palétuviers et sa réserve ornithologique où viennent nicher hérons, aigrettes, pélicans ... Le tourisme bien intégré n’a pas bouleversé cet authentique village de pêcheurs Lébous.



Toubab Dialaw Le sanctuaire Notre Dame de la Délivrance est à voir à Popenguine, ville symbole des catholiques pour son pèlerinage annuel du lundi de Pentecôte à la vierge noire. Le village est touristique mais beaucoup plus calme et tranquille que Saly.

A visiter au Nord de Popenguine les falaises de Toubab Dialaw de couleurs ocres qui abritent de magnifiques criques idéales pour la baignade.





Girafe d'Afrique du Sud

Bandia, à 18 km de Mbour, est la première réserve privée du Sénégal créée en 1990. Sur 1.000 ha et 30 km de pistes cette réserve animalière abrite au milieu des hautes herbes, baobabs, caïlcédrats, eucalyptus, acacias, de nombreux animaux, antilopes, gazelles, oryx, élans de Derby, cobes de Buffon, impalas, autruches, girafes, phacochères, buffles d’Asie, crocodiles, rhinocéros, singes …


Et plus de 120 espèces d’oiseaux, hérons, francolins, calaos, merles, aigles, vautours …


www.reservedebandia.com







Pêcheur de Joal-Fadiouth Joal-Fadiouth, à 35 km au sud de Mbour et 115 km de Dakar, est née en 1996 du regroupement de trois villages Sérères, Joal, Fadiouth et Ngazobil.

La commune, de 5.000 ha pour environ 35.000 habitants, représente le premier lieu de pêche artisanale en nombre de produits halieutiques débarqués, le tiers de la production Sénégalaise.

L’agriculture, riz, mil, niébé, arachide, a aussi beaucoup d’importance malgré que la moitié des terres sont constituées de tannes, des terres rendues incultes par les eaux salées.





Joal, qui se situe sur une presqu’île sablonneuse entre la mangrove et la forêt de Ngazobil, est la ville natale de Léopold Sédar Senghor. Sa maison familiale, restaurée en 2010, est aujourd’hui le musée Mbind Diogoye, du nom de son père Diogoye Basile Senghor qui avait 5 épouses et 41 enfants. Dans cette maison face à l’océan sont exposées des objets et outils représentatifs de la culture traditionnelle Sérère, et une exposition relatant le fabuleux parcours politique de ce poète, père de l’indépendance sénégalaise, qui a fait énormément pour son pays.




Fadiouth et l'ancienne passerelle de Finio A partir de Joal, l'île de Fadiouth est accessible à pied par un pont de 600 m qui franchit le bras de mer Mama Nguedj. Depuis 2005 un pont tout neuf remplace l'ancienne et typique passerelle de Finio construite en 1962 en troncs de rôniers.

Cette petite île de 800 m de long, où vivent quelques 10.000 habitants en forte majorité Sérères et chrétiens, est un amas de coquillages entassés par les hommes depuis très longtemps, d'où son appellation d’île aux coquillages.






Fadiouth vu du cimetiére

Le cimetière marin, où sont enterrés côte à côte musulmans et chrétiens, est accessible par une autre passerelle longue de 200 m.




Greniers à mil









Au nord de l’île près de la mosquée vous pouvez voir des greniers à mil sur pilotis, qui protégent les récoltes des incendies et des rats.








Fadiouth Suivant la légende, sur l’île un grand baobab de plusieurs centaines d’années est habité par un esprit protecteur du village, Mama Ndagne. A côté une petite case en paille renferme le Fangol, l’esprit d’un ancêtre qui comme de son vivant continue à faire des prodiges après sa mort.

Tous les ans au 15 août pour l’Assomption c’est la grande fête de Fadiouth. Pendant plusieurs jours des manifestations culturelles Sérères sont organisées, tournois de luttes, musiques et cérémonies Nguel.
En habits traditionnels, filles et garçons dansent le Nguel au rythme des percussions. Face à face filles et garçons avancent lentement avant que le rythme s’accélère.
Cette danse entre jeunes nés la même année est le symbole de l’entraide dans une classe d’âge.




Plage de N'gor Retour en haut de la page Laissez nous un message Page suivante