Retour Accueil Kassoumay
 


Les secours au lendemain du naufrage

 


> Accueil

> Le Joola

< Secours

> Après Naufrage
   > Familles
   > Epave Joola
   > Anniversaires

> Gouvernement

> Enquêtes
   > Sanctions
   > France


Les secours ont été déclenchés 9 heures après le naufrage
et la Marine est arrivée sur les lieux 19 heures après !

Le Joola retourné en mer



Presque 2.000 personnes à bord du " Joola " seulement 64 personnes ont pu être sauvées

Le dernier contact radio entre la marine nationale et le bateau, qui ne faisait état d’aucun incident, a été établi à 22h le 26 septembre. La vacation de nuit n’a pas eu lieu et jusqu'au lendemain matin aucune action n’a pu être faite pour donner l’alerte.

La Marine a été mise au courant vers 7h du matin, huit heures aprés le naufrage, par les pêcheurs sur place qui ont été les premiers a intervenir. Ils ont secouru 27 rescapés, dont les 22 passagers qui ont passé la nuit sur la coque du " Joola ". La confirmation du naufrage du " Joola " intervient aux environs de 7h45.

L’alerte de la SAR (Search And Rescue, recherche et sauvetage), dirigée par le Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air, a été donnée au Centre de Coordination seulement à 8h du matin, mettant en alerte les navires susceptibles de porter secours aux rescapés. Le plan général de secours a été déclenché 9 heures après le naufrage !!! ...


La Marine Française en place à Dakar a demandé à intervenir, mais elle n’a jamais reçu l’autorisation !!! ...


Les 2 avions Fokker du SAR (Service de recherche et de sauvetage) ont été maintenus au sol par le Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air jusqu’à 11h45 ... près de quatre heures après l'alerte !
Pourquoi avoir attendu si longtemps ? ... Quatre heures perdues qui auraient pu sauver de nombreuses personnes encore coincées dans la coque du " Joola " ! ...




Radeau de sauvetage et Le Joola retourné





Combien de passagers encore vivant à ce moment là dans Le Joola ? ... Les pirogues de pêche et les chalutiers alertés qui naviguaient dans la zone du naufrage ont participé aux premiers secours. Ils ont sauvé les quelques survivants, et toute la matinée ils ont repêché de nombreux corps qui flottaient autour du " Joola ".


Les pêcheurs ont sauvé vendredi à 14h un garçon de 15 ans, le dernier rescapé, alors qu’ils entendaient encore des bruits provenant de l'intérieur du bateau. Le jeune garçon à sa sortie a confirmé qu’il y avait encore des personnes vivantes coincées dans " Le Joola ".


Le bateau sortait de 4 m au-dessus de l’eau jusqu’à 16h20, ce qui permettait aux survivants de respirer. Mais le navire a flanché et coulé, et c'est à 17h que les bruits provenant des survivants coincés dans la coque du " Joola " ont cessé ...



Des personnes qui pouvaient être secourus mais qui ont péri car la Marine Nationale Sénégalaise est arrivée sur les lieux à 18h, beaucoup trop tard ... 19 heures après la catastrophe ! ...




Un rescapé arrive à Dakar A Dakar, les premiers rescapés sont arrivés au port vendredi vers 20h30 avec le chalutier "Argo", à son bord 23 Sénégalais et les dépouilles de 4 victimes.

A 0h30 le chalutier "Nikolaos II" est revenu de la zone du naufrage avec à son bord 9 rescapé et 1 corps, "Artemios" avec 1 rescapé et 9 corps et "Argo II" avec 9 corps.

2 autres bateaux de pêche, "Ioakim II" et "Dimitrios" sont arrivés vers 2h du matin avec 11 et 30 corps.

Les 33 rescapés ont été examinés à leur arrivée au port et transférés vers des hôpitaux de Dakar.







Recherche des naufragés
Tout le week-end des navires ont sillonné la zone du naufrage pour tenter en vain de trouver des rescapés.

Les forces Françaises du Cap-Vert ont mis à la disposition du Sénégal deux bateaux, un hélicoptère et un avion Atlantique spécialisé dans la recherche et le sauvetage de naufragés.

Dès l’annonce du naufrage Haïdar El Ali et ses plongeurs du club de plongée Océanium ont été les premiers à appareiller de Dakar vers le site du naufrage pour essayer de sauver les rescapés.

Les plongées à l'intérieur du bateau ont commencé le samedi tôt dans la matinée, les plongeurs n'ont trouvé aucun survivant, seulement des centaines de corps entrelacés, hommes, femmes, enfants ...

Ils ont évacués presque 300 corps prisonniers du navire, plus une centaine de victimes récupérées autour de l'épave du " Joola ".


Haïdar El Ali et ses plongeurs ont filmé l’épave du " Joola " pour montrer aux autorités comment elle se présentait afin d’évaluer les possibilités de son relevage. Ces images, confisquées par l’Armée, n’ont pas été exploitées …


Dimanche 29 septembre 2002 le bateau dérive vers les côtes de la Gambie par un fond d'environ 23 mètres.



Opérations de secours







Rescapés à l'hopital de Dakar
Seulement 64 personnes ont survécu à cette catastrophe.

Secourues par des pirogues et des bateaux de passage dans les premières heures après le naufrage vendredi matin, ils ont été hospitalisés dans les différents hopitaux de Dakar.


Les pêcheurs sauveteurs ont aussi été pris en charge par les hopitaux. Fatigués et horrifiés par les terribles scènes qu’ils ont vécu.




Les passagers étaient principalement Sénégalais et surtout Casamançais. Mais il y avait aussi des étrangers issus d'autre pays Africains, Guinée-Bissau, Nigéria, Ghana, Cameroun et Liban. Et 30 Européens, Français, Espagnols, Belges, Suisses, Néerlandais et Norvégiens

20 Français se trouvaient à bord du " Joola ", 6 morts ont été identifiés et 13 personnes sont portées disparues.

Patrice Auvray, 46 ans et seul rescapé français, vivait depuis deux ans à Kafountine en Casamance. Lors du naufrage il a perdu Corinne sa compagne de 41 ans, son corps a été retrouvé et enterré en France.



Nombreux cerceuils des victimes au port de Dakar






Décoration des secouristes du " Joola " pour services rendus à la Nation

Le 10 octobre 2003, plus d'un an après le naufrage, 257 personnes à titre représentatif parmi les 1.429 sauveteurs du " Joola " ont été décorées par le Président Wade. Il a récompensé les secouristes en les élevant aux grades de l’Ordre National du Mérite et de l’Ordre National du Lion.

Wade a témoigné la gratitude de la nation et a renouvelé toute sa fierté aux marins, pêcheurs, pompiers et militaires sénégalais, français et gambiens et aux plongeurs de l’Océanium de Haïdar El Ali, qui ont risqué leur vie pour sauver 64 rescapés et récupérer quelques 600 corps des victimes du naufrage du " Joola ".



 Retour en haut de la page Laissez nous un message Page suivante